Vous êtes ici : Accueil > Les clubs > Le club météo > Le froid ne rend pas facilement les armes, mais il cédera !
Publié : 1er février 2011

Le froid ne rend pas facilement les armes, mais il cédera !

Bonjour,
 
Je renvoie tout d’abord aux prévisions des élèves élaborées hier.
 
Ensuite, je vais lancer, même s’il est un peu tard, un message d’appel à la prudence pour cette soirée de mardi 1er février et la nuit prochaine.
 
En effet, un front très atténué, venu de Grande-Bretagne, est parvenu à s’infiltrer dans les hautes pressions qui nous protègent encore et qui maintiennent le froid au sol. En ce moment, il bruine faiblement et il gèle encore : il fait encore -1°C. J’ai personnellement observé des trottoirs partiellement recouverts de glace, ainsi que d’autres surfaces. Les routes pourraient ne pas échapper à ce phénomène ! C’est réellement de la bruine verglaçante qui sévit actuellement !
 
Les modèles que l’on utilise dans le cadre du club prévoient un radoucissementléger (de 0°C à +1°C) dans la nuit, mais ce froid, qualifié de Basses Couches, échappe souvent à la modélisation et résiste fréquemment plus longtemps que prévu. Par conséquent, la plus grande prudence devra être de mise, même demain matin, avant de prendre la route. Il se peut qu’il n’y ait aucun danger. Mais l’inverse peut aussi arriver. En météo, il faut toujours prendre en compte le risque potentiel.
 
D’ailleurs, il faut signaler qu’après l’apport froid de ce week-end, les conditions anticycloniques se sont maintenues et ont agi comme un véritable couvercle thermique au-dessus de notre département, et de la moitié nord en général, en maintenant intact ce froid de Basses Couches. La couverture nuageuse (les phénomènes d’humidité résiduelle et de brouillards persistants que j’évoquais la semaine dernière, dans mon dernier bulletin) a empêché le soleil de faire remonter la température au sol en journée. POURTANT, la masse d’air s’est depuis hier radoucie ! Il fait plus doux que la normale à 1500 m d’altitude. Il s’agit-là d’un phénomène d’INVERSION des températures, quand il fait plus froid au sol qu’en altitude moyenne, fréquents en hiver, par conditions anticycloniques. En ce moment, il fait -1°C au sol et environ +3°C à 1500 m !
 
Ainsi, pour ne pas avoir connu, sous abri, de températures positives depuis dimanche, nous avons passé trois jours en vague de froid.
 

Par la suite :
 
Demain mercredi, le temps sera nuageux et il fera moins frais. Températures dans les normes (maxi : 4 à 6°c)
 
JEUDI 3 février : petit passage perturbé, apportant un peu de pluie et davantage de douceur.

Entre jeudi et la fin du week-end, la dominante sera de nouveau anticyclonique, mais avec un flux d’ouest, l’anticyclone venant cette fois de l’atlantique. Il fera assez doux : de +7 à 9°C en maxi et il ne devrait plus y avoir de gelées matinales, sauf exception. Attention, de vigoureux systèmes dépressionnaires au nord de l’Europe pourraient nous valoir de fréquents passages nuageux : donc beaucoup de grisaille à prévoir mais pas ou peu de précipitations (bruine possible par moment).
 
A partir de lundi 7 février et jusqu’à mercredi 9 février environ :
 
L’anticyclone va se décaler vers l’est en se positionnant sur l’Europe centrale et nous serons sur son flan ouest. Le flux basculera alors nécessairement au sud-ouest ou au sud. C’est donc une grande douceur qui est à attendre, avec des températures supérieures à +10°C (12 ou 13°C possibles). Mais le temps pourrait être un peu plus pluvieux.

A partir du 10 février, rien n’est certain. Tout paraît possible pour le moment : de la grande douceur se perpétuant jusqu’au retour du froid. Pour ma part, même si le renouvellement du blocage froid ne s’est pas fait et ne se fera pas avant au moins 10 jours, j’ai malgré tout le sentiment, forgé sur l’évolution des modèles à long terme en ce moment, que le froid pourrait marquer son retour entre le 10 et le 14 février. Nos mois de janvier et de février auraient alors été marqués par une alternance de périodes douces (très excédentaires) et de périodes de froid modéré (légèrement déficitaires), chaque période ayant duré entre 12 et 15 jours.
 
A bientôt !