Vous êtes ici : Accueil > Les clubs > Le club météo > ALERTE TEMPÊTE !
Publié : 7 juin 2019

ALERTE TEMPÊTE !


BULLETIN SPECIAL de VENDREDI 7 JUIN (soir)


Le vent souffle encore bien fort ce soir. Ce n’est sans doute qu’après minuit que l’intensité des rafales devrait décroître. Ce système file vers le nord de l’Europe et n’a sans doute pas encore fini de faire parler de lui.


Malheureusement, 4 décès lui sont directement imputables, en mer. Sont à déplorer également de nombreux blessés légers sur toute la zone frappée par Miguel, notamment à Rouen, ou encore au château de Chenonceau pour la région Centre, essentiellement par des chutes de branches et projections d’objets. 


A priori, au plus fort de l’événement, plus de 75 000 foyers auraient été privés d’électricité.


Je n’ai qu’un bilan très partiel de cet événement, encore en cours d’ailleurs. Mais de très nombreux records de vitesses maximales des vents pour un mois de juin sont déjà tombés. Nous étions en vigilance jaune et Météo France a vu juste : pour le moment, 65 km/h de rafales maximales ont été enregistrées à Champhol et un peu plus de 80 km/h à Châteaudun. Notons que, juste au sud, dans le Loir-et-Cher qui était en orange, la ville de Romorantin a atteint 104 km/h. 


Il semblerait que sous la forme de phénomènes locaux, les 100 km/h aient été dépassés même dans des départements en jaune. Les zones côtières ont pu approcher (et dépasser ? Je n’ai pas les données les plus fiables...) les 130 km/h.


Il est tombé environ 13 mm de pluie. Et dire que mercredi dernier, il y a deux jours, la journée entière s’est passée sous une froide et fine pluie hivernale (13 mm), avec +10,5 °C à 17h !!! La veille, mardi, de puissantes averses orageuses avaient donné 14 mm en quelques minutes. Et, encore deux jours plus tôt, dimanche, les +30°C étaient dépassés, atteignant même +33°C en certains endroits de la région Centre. C’est assez incroyable.


La perspective pour la suite sera vague... Un immense ANTICYCLONE DE BLOCAGE GROENLANDAIS (oui, oui, le même qu’en HIVER !) sur l’océan, avec une composante en GRAND OMEGA (déjà expliqué au club), sera le trait dominant des 8 jours à venir. Autrement dit, une goutte froide stationnaire, jouera les danseuses (déjà expliqué dans un bulletin de 2018) entre Manche et Ile Britannique, nous garantissant un apport d’air froid continu et de fréquentes précipitations (quotidiennes ???) entre demain et samedi prochain. Il est toutefois possible d’espérer aussi de beaux moments ensoleillés entre les passages pluvieux, eux-mêmes impossibles à quantifier et localiser pour le moment. Mais la température pourrait ne pas dépasser, selon les jours, les +16 à +18°C...


L’élément positif est le suivant : les 3èmes auront tout le temps pour travailler leur ORAL DE BREVET, qui aura lieu mercredi prochain !!!


Bon week-end, toutefois, à tout le monde.


 


 


BULLETIN SPECIAL de VENDREDI 7 JUIN (milieu de matinée)


Ce court bulletin confirme les prévisions : l’image SAT indique qu’à cette heure MIGUEL aborde la côte, entre Vendée et Morbihan. 


Les vents vont souffler très fort. Chez nous, le dernier run d’Arôme indique à priori des rafales à 90 km/h (ECMWF de 90 à 100 km/h). Mais il faudra vérifier cela sur les prévisions de Météo France. Comme prévu, nous sommes actuellement sous le front chaud et le front froid, tempêtueux de façon généralisée et offrant des risques locaux de phénomènes plus extrêmes, devrait arriver sur notre département dans le courant de l’après-midi. J’ai l’impression qu’après une courte accalmie en milieu de soirée, nous pourrions avoir un temporaire renforcement des vents en toute fin de journée (entre 22h et minuit ?), par interaction avec un phénomène météo que je ne connais pas bien et qui se produirait en Manche...


Nous ne sommes pas en vigilance ORANGE, pour l’heure. Mais surveillons l’évolution. Nous devions, lors de la séance du CLUB de tout à l’heure, préparer la journée Portes Ouvertes, mais nous suivrons plutôt cet événement hors normes. A 10h, nos départements voisins de la Sarthe et du Loir-et-Cher viennent de basculer en VIGILANCE ORANGE... 


Précisément, j’ai donné hier soir la date de 1987, année à laquelle l fallait remonter pour retrouver pareilles valeurs de rafales généralisées, pour un mois de juin. MAIS le système n’était pas le même : il s’agissait de lignes de grains. Pour retrouver pareille dépression hivernale ou automnale se produisant aussi tardivement, en juin, il faudrait remonter en 1969, soit 50 ans en arrière ! 


Particularité : le coeur de cette tempête est chaud (froid habituellement, sous nos latitudes). On le voit très bien sur les cartes à 850 h Pa, comme dans les phénomènes TROPICAUX, dont font partie les cyclones. Cela ferait bien de cette tempête, depuis hier soir ,comme je l’avais écrit en début de soirée, un phénomène de type extra-tropical. Nous l’expliquerons au club.


Je mets un lien vers un dossier de Météo France, très bien constitué, rappelant le phénomène de ce 7 juin, avec des explications techniques précises mais vulgarisées, ainsi qu’un rappel des événements passés.


ICI !


N’oubliez pas de consulter le lien que j’ai fait figurer dans le bulletin lancé hier soir., vers la carte de vigilance. 


 


BULLETIN SPECIAL de JEUDI 6 JUIN (SOIR)


ALERTE DU CLUB METEO !


TEMPÊTE MIGUEL EN APPROCHE !


Comme à l’accoutumée, cette alerte du CLUB a pour but d’inviter les élèves du club météo à suivre la situation remarquable (et critique ?) qui se dessine. Elle se veut aussi incitation, pour tous les autres lecteurs, à se référer assidûment aux prévisions officielles, surtout si, d’ici là, une alerte ORANGE venait à être activée par METEO FRANCE pour notre département.


A cette heure, ce dernier n’est pas encore en orange, mais une partie des départements de l’ouest subissent ce niveau de vigilance ainsi que le centre-ouest (dans notre région, ce soir, Indre et Indre-et-Loire). L’organisme de prévision n’exclut pas d’étendre cette vigilance à d’autres départements.


Techniquement : la dépression Miguel s’est maintenant creusée, de manière presque explosive : la pression a chuté en son centre et avoisine les 995 hPa actuellement. Son enroulement est étonnamment visible, parfaitement dessiné en oeil et presque effrayant par la vitesse de rotation de l’écharpe nuageuse qui entoure son coeur, encore au large de l’Espagne, au nord de la Galice ! Ce centre dépressionnaire, aux allures de système extra-tropical, va remonter direction nord-est, devrait survoler le Morbihan demain matin, traverser l’est de la Bretagne et la Normandie en journée. Actuellement, le gradient thermique est phénomènal entre son secteur chaud et son secteur froid. 


DEMAIN, dans le sillage du creux dépressionnaire, à l’est et au sud-est de ce dernier, un front chaud va d’abord donner des précipitations et un vent modéré dès la fin de nuit pour notre département. Puis, et c’est ce que je crains particulièrement, le secteur froid va nous concerner. Les vents vont considérablement se renforcer et selon différents modèles, je pense pouvoir en estimer la force, selon les rafales, de 90 à 100 km/h, voire 110 km/h ! J’espère faire erreur. A priori, ce vent violent pourrait sévir chez nous, du milieu d’après-midi jusqu’à minuit à peu près. Mais nous sommes presque en été. Or, avec la chaleur latente des basses couches et l’intensité solaire jusque dans les hautes couches de l’atmosphère, une incroyable énergie est disponible. Selon une métaphore, c’est un peu une sorte d’énorme poudrière. Et l’instabilité dépressionnaire sera la mèche ou le détonateur. Autrement dit, dans le secteur froid, des phénomènes violents sont à redouter : orages locaux, vents encore plus violents (tornades locales possibles, mais impossibles évidemment à localiser ou à confirmer avec certitude ; seul le potentiel est à souligner. Rappelons que plus d’une centaine de tornades, au moins, se développent en France chaque année.). Techniquement, pour résumer, c’est l’aspect convectif du système de demain après-midi qui m’interpelle ce soir. 


CONCRETEMENT : 


Il faut écouter METEO FRANCE, dont voici le lien vers la page de prévisions nationales. Rappelons que les ingénieurs prévisionnistes qualifient Miguel de tempête "inhabituelle" pour la saison. 


Et il faudra avoir un oeil particulièrement attentif si nous basculons en ORANGE, sur cette carte de vigilance !


PRUDENCE !


AJOUT (22h30) : Dans une interview accordée à France Info, le prévisionniste Etienne KAPIKIAN explique que "le dernier coup de vent de cette intensité survenu en juin remonte à 32 ans, en 1987 !". Il ajoute que "plus loin encore, on a connu des épisodes similaires le 12 juillet 1961 et le 9 juin 1954. Sur certaines stations, on devrait battre des records de rafales de vent pour un mois de juin."


Ce météorologue insiste sur le fait que "cette dépression est vraiment surprenante par son intensité. On a davantage l’habitude de voir ce type de tempête entre octobre et mars. L’activité dépressionnaire est vraiment supérieure à la normale : on assiste à un conflit de masses d’air important entre l’air frais de l’Atlantique et un air plus chaud venu de la péninsule ibérique. Ce type de tempête n’est vraiment pas fréquent, mais n’est pas inédit non plus."


Il évoque aussi les risques notamment les dégats sur les arbres (d’autant que, chargés de feuilles, ils sont plus vulnérables) et sur les structures...