Vous êtes ici : Accueil > Les clubs > Le club météo > ANALYSE ET TENDANCE pour 8 à 10 jours...
Publié : 20 mai 2011

ANALYSE ET TENDANCE pour 8 à 10 jours...

Bonjour,
 
A titre d’information, je vous invite à lire la réactualisation du bulletin de prévisions pour les championnats de France UNSS de Duathlon de demain samedi.
 
 
En effet, la situation devient franchement préoccupante. Et il est vite possible de tomber dans le catastrophisme. Il faudra donc, pour se rassurer, garder en permanence à l’esprit que le temps peut très bien changer brutalement en météo, et nous faire basculer dans une circulation atmosphérique totalement différente, qui nous donnerait par exemple un été pourri, et il faut se souvenir aussi qu’au CLUB METEO, nous sommes des météorologues amateurs et que nous tombons vite dans le défaut du sensationnalisme.
 
 
ANALYSE GLOBALE :
 
Ces précautions étant rappelées, voici ce qui paraît alarmant : pour le moment et à l’aune des 8 prochains jours, la circulation a l’air bloquée, perpétuellement soumise à la même récurrence (pour les élèves : "répétition") globale. Depuis FEVRIER 2011, pour résumer et dans les grandes lignes, les uns après les autres, les anticyclones migrent depuis l’océan atlantique jusqu’en Europe centrale ou nordique, où ils séjournent à peu près le temps d’un blocage, de une à deux semaines, nous plaçant au fur et à mesure que nous avançons vers la saison estivale dans une alimentation de masse d’air toujours plus chaude.
 
En effet, ce week-end, une petite faiblesse anticyclonique va ramener un air faiblement occidental, dans la "scission" relative entre hautes pressions continentales à l’est et hautes pressions océaniques à l’ouest. Un petit front, devenant moribond et totalement destructuré devrait donner un peu plus de nuages dimanche 22 mai.
 
Mais ensuite, comme à l’accoutumée, l’anticyclone atlantique va revenir et va se positionner entre Grande-Bretagne et nord de la France, de lundi à jeudi.
 
A l’horizon de 7 jours et plus, un thalweg (basses pressions) devrait se creuser de nouveau entre les hautes pressions océaniques et continentales, pour laisser passer une goutte froide d’altitude. Celle-ci, glissant vers le sud, n’a pas encore de trajectoire déterminée (tous les modèles différent à ce sujet) : si elle reste bien à l’ouest sur l’océan, elle fonctionnera comme une pompe à chaleur faisant remonter l’air chaud maghrébin mais n’empêchant pas le soleil de briller (ce qui assurerait une sorte de "pré-canicule", c’est le GFS 0z), plus près, elle donnerait une instabilisation de l’air toujours assez chaud permettant des orages locaux (ou généralisés si elle est très proche ? C’est UKMO 0z ) , ou bien encore, directement sur la France, elle pourrait occasionner un temps gris, pluvieux sans doute, aux températures plus conformes aux normes, voire inférieures (c’est BOM ou ECMWF, ou le plus extrême GFS 6z)... J’opte pour le scénario médian.

TENDANCE météorologique plus concrète :

-Demain samedi 21  : assez ensoleillé et chaud (de 23 à 26°c)
 
-Dimanche 22 mai : nuageux à variable ; températures en baisse provisoire et relativement conformes aux normes, de 21 à 23°C
 
-entre Lundi 23 et Jeudi 26 mai, TEMPS BEAU ET DE PLUS EN PLUS CHAUD. Il ne sera pas impossible d’atteindre, voire de dépasser la barre des 30°C en Eure-et-Loir

A partir de vendredi 27 mai et jusqu’au 31 mai  : c’est un écart assez important qui se dégage, en l’état actuel des différents modèles, entre une chaleur encore accentuée et un temps gris, pluvieux, aux températures à peu près conformes aux moyennes saisonnières, voire fraîches. J’opte pour un temps restant chaud, supérieur aux normes, dans une ambiance plus variable qu’en milieu de semaine et peut-être orageuse.

INQUIETUDES :
 
Sur le front de la sécheresse, les prévisions ne font qu’accroître les inquiétudes. Je n’ai personnellement jamais vu rien de tel. Si les récurrences actuelles font penser au terrible été 2003, nous pouvons imaginer que des vagues de canicule sont possibles cet été, sauf changement majeur (toujours possible !) de circulation atmosphérique. MAIS l’état de sécheresse est bien pire. Il semble même supérieur à celui de 1976, qui fut moins redoutable thermiquement parlant que 2003, mais qui reste comme une des plus grosses sécheresses de l’histoire contemporaine française, concernant les précipitations. Dorénavant, pour éviter de ressentir les effets de la sécheresse, il faudrait que, sur à peu près tous les départements, il pleuve de façon régulière (de 2 fois/semaine, abondamment, à 4 ou 5 fois/semaine, plus faiblement) pour tous les mois de juin, juillet et août. A partir de maintenant, les réserves en eau du sous-sol ne peuvent en effet plus vraiment se reconstituer, toutes les précipitations qui tomberont sur la partie superficielle du sol étant en grande partie absorbée par la végétation, déjà en état avancé de stress hydrique. Autrement dit, il faudrait pratiquement un été "pourri" pour ne pas avoir de problèmes avec la sécheresse. La circulation devrait alors être totalement modifiée et se placer en flux zonal (d’ouest perturbé) ou de nord-ouest, pour nous apporter des pluies utiles, dans une atmosphère moins asséchante. Dans tous les autres cas, la situation sera préoccupante, et bien entendu, les conséquences seront d’autant plus graves que les précipitations resteront, comme actuellement, occasionnelles, sporadiques...ou nulles. Dans le cas de conditions atmosphériques, dites synoptiques (de grande échelle), comparables à 2003 ou à 1976, de juin à août, alors ce sera très, très préoccupant. Parmi les conséquences évidentes, il faudra peut-être compter avec  : les problèmes pour l’agriculture, pour l’élevage (nourriture manquante), les incendies plus fréquents, plus importants (et pas seulement dans le sud-est), d’éventuels soucis d’alimentation électrique (par défaut d’approvisionnement en eau fluviale de nos centrales nucléaires)...Et bien entendu, si la chaleur se joint au manque de précipitations, c’est la santé publique, et celle des personnes les plus fragiles surtout, qui serait menacée...
 
J’espère donc me tromper et, avant d’en arriver à ce point, il existe malgré tout des schémas intermédiaires fort possibles, qui permettraient de temps à autre des situations plus propices à la pluie, et plus vectrices de températures modérées à fraîches !
 
Bonne fin de semaine et bon week-end !